Françoys Lamothe


POÉsie




"C’est la mèche d’une chevelure ardente, aux reflets roussis, au parfum hivernal, qui jadis servait de refuge idéal, à la triste folie que son âme enfante"


​                                    (Implosion)

"Car en buvant ce poison divin, tu prépares l'arrivée de la joie, cette joie profonde et magnifique, qui surpasse et transcende la mort"


​                                         (Misfit)


​"Spectre en devenir, il glisse à la dérive sur les eaux troubles d'une foi incertaine qui cherche peut-être à l'effacer de l'horizon"


​                        (Le canotier de la Péribonka)




​"C’est une espèce rare qui insuffle à mes jours des effluves charnues, des promesses d'amour, de troublantes et capiteuses plénitudes, me comblant d'extase et d’infinitude"


                                   (Espèce rare)

"Mes mains en chevaux rebelles galopaient la plaine fertile de ton corps et sur tes seins déployant leurs ailes, mes lèvres devenaient des oiseaux rares"


​                                      (Envolée)

​​VERS LES ASTREs

(Nietzsche)

(Sculpture d'Henri Hébert, vers 1930)

"Depuis toujours je suis là, mais en sommeil, tel une sculpture qui dort dans la pierre"


Extraits


"Brûlé par le vent chaud, un soleil sanglant expire à l'horizon, sa corolle meurtrie exhale un parfum décadent, ses rayons ultraviolets fanés se replient dans l'abîme déliquescent du soir"...


​                                (Objets célestes)