Françoys Lamothe


POÉsie




(Pin blanc - peinture de Tom Thomson)

L'ULTIME REFUGE

Nous avons pris tant de routes

où perdus nous nous cherchions

nous avons tant voulu mourir

dans les bras l'un de l'autre

 
en nos désirs croissants de fuite

en nos abandons au sauvage destin

nous n'avions que faire des jours

car la nuit noire était sur nous



vivre n'était plus qu'attendre

au hasard d'une croisée

un vent, un signe, une voix

nous indiquant l'ultime refuge



là où nous aurions pu


quémander avec maladresse


les restes d'une providence


ou déposer un instant


le fardeau de notre désespérance



mais quand à l'orée du jour

nos espoirs se sont évanouis


et que nous tremblions toujours

d'un irréparable effroi


comme des feuilles en hiver

arrachées de leur source

et desséchées au froid soleil

nous avons succombé à l'appel

du néant glacial