Françoys Lamothe


POÉsie




Alors que le son des cloches

de notre vieille église

résonnait encore cristallin


​au fond de nos âmes



nous étions là

dans le temps passé

plus jeunes et moins usés


mais dans l'imprécision

du réel état des choses


force et sensibilité


nous gardaient déterminés


à jouir de la vie


dans toute sa limpidité



​hautement adaptables

et sujets aux mutations

nous allions intrépides 

à travers les temps nouveaux



imposant au monde

un tempo à caractère

résolument fougueux



trempant l'audace brute

de nos ferventes ambitions

à l'or des jours glorieux



défiant allègrement


et sans compromission


les plus grands appels


de l'impétueux destin



pendant que sur ce chemin


sans le savoir et pour de bon

doucement nous nous éloignions

des origines mystérieuses 


de nos vies flamboyantes


en éphémères floraisons 



 

(Les baigneuses - peinture de Paul Gauguin)

LE TEMPS PASSÉ